Scrum dans le conseil en santé au travail

  • François Bruneau

Face à des problÚmes complexes, comment passer du rÎle de "docteur" à celui de "facilitateur" ? La pratique de l'Agilité apporte des réponses, comme le montre ce témoignage.

En savoir plus sur le service Équipes et processus agiles de notre agence digitale.

Eric Druliolle est co-fondateur de Umanize, entreprise de 4 personnes qui accompagne des organisations dans le domaine de la santé au travail, en aidant à mettre en place des bonnes pratiques, des processus, et en apportant du conseil. AprÚs avoir accompagné personnellement Eric dans l'adoption de Scrum, j'ai le plaisir de recueillir le témoignage de son parcours avec l'Agilité.

Premier contacts avec l'Agilité

Quel a été ton premier contact avec l'Agilité ?

C'était il y a 5 ans. Je cherchais une maniÚre de faire mon travail de consultant formateur différemment. Jusque là, je le faisais en mode "docteur", qui a les médicaments, les solutions, les produits, qui donne sa prescription et qui repart. Je fonctionnais ainsi depuis 10 ans et je trouvais que cela n'était pas optimal en termes d'adhésion et de résultats. Puis, par l'intermédiaire d'une personne de mon réseau, j'ai entendu parler de Scrum et de l'Agilité.

En quoi cela t'a-t-il parlé ?

J'ai trouvé dans l'approche Agile un écho à ma conviction que, lorsqu'on les sollicite, les personnes ont les solutions et les bonnes idées. Il suffit d'écouter ! Une grande part de l'amélioration recherchée émerge des individus, ainsi que de la réflexion en groupe, qui amÚne le complément. Cela correspondait à ce que je cherchais à faire, c'est-à-dire ne plus prétendre détenir "la" solution.

En somme, ce que tu nommes Agilité c'est quoi ?

C'est le fait de dĂ©finir une solution sur un mode co-constructif, qui n'est pas forcĂ©ment idĂ©ale ni dĂ©finitive, mais que l'on implĂ©mente rapidement en se donnant la possibilitĂ© d’amĂ©liorer au fur et Ă  mesure.

Combien de temps s'est-il écoulé avant que tu intÚgres l'Agilité dans ton travail ?

TrÚs peu de temps. Je l'ai testée avec le premier client avec qui je suis intervenu en tant qu'indépendant. Je cherchais à construire mes prestations sur une approche novatrice. Nous sommes partis d'une page blanche et l'on a coécrit en mode "workshop". J'ai été interpelé de l'impact du résultat et de l'accueil des personnes. Mais je ne l'avais pas modélisé, je faisais de la co-construction sans la structure. Je mettais les gens dans une salle, avec un objectif et le mot d'ordre "Faisons ensemble !".

La notion d'expĂ©rimentation est donc au cƓur de la dĂ©marche ?

Oui. L'idée, c'est : on conçoit, on expérimente, et on évalue, on fait évoluer et ainsi de suite. C'est de l'amélioration continue en mode co-constructif.
Ce qui Ă©tait extrĂȘmement nouveau pour moi et pour mes clients, c'Ă©tait de constater que plus on implique les gens, plus on va avoir d'adhĂ©sion et de rĂ©sultat.

Introduction de Scrum

Pourquoi en es-tu venu Ă  passer la certification de Scrum Master ?

J'ai décidé d'aller plus loin dans la connaissance de la méthodologie et de me "professionnaliser". J'ai voulu devenir spécialiste et ne pas en rester à un niveau superficiel.
J'ai suivi deux jours de formation en ligne avec scrum.org puis j'ai passé le test.

Suite à l'obtention de ta certification, quels étaient les défis ?

De l'implémenter de maniÚre stricte. Je me suis rendu compte que ce que je faisais était trÚs éloigné du canevas Scrum. J'étais fidÚle aux principes de travail itératif et d'amélioration continue, mais je n'implémentais pas les évÚnements, rÎles et artéfacts de Scrum.

En quoi Scrum en soi a apporté de la valeur en tant que cadre de travail?

Cela a été déterminant. Comme premier pas vers le Daily Scrum, nous avons mis en place des Weeklies, et cela a tout changé. Aujourd'hui c'est en route, et personne ne songe à discuter cette pratique, tellement ça a permis de lever des problÚmes, de trouver des solutions. C'est tellement évident que c'est utile que personne ne songe qu'avant on faisait autrement.
Le faire toutes les semaines (un truc qui paraissait trÚs contraignant et chronophage) permet de gagner énormément de temps, car on adresse trÚs vite les soucis, les questions, les problÚmes. On met en place tout de suite une solution et puis on avance ! Sinon, il y a des choses qu'on n'aurait jamais vues, en tout cas pas aussi vite.

L'autre chose trĂšs importante a Ă©tĂ© la Sprint Review. C'Ă©tait une pratique nouvelle, prĂ©sentant un tel intĂ©rĂȘt que maintenant c'est inscrit dans les processus standard. On sort de la Review avec des Ă©lĂ©ments supplĂ©mentaires Ă  adresser, et avec le feedback du client. En termes de relation avec le client, cela accĂ©lĂšre le processus.

En outre, la RĂ©trospective avec l'Ă©quipe a Ă©tĂ© un Ă©lĂ©ment clĂ©, car il y avait des soucis de collaboration Ă  traiter. On vivait trĂšs bien sans cela, mais le fait de le faire, tout d'un coup ça change la vie ! Et aussi le client Ă©tait content d'ĂȘtre inclus, en lui posant la question "qu'est-ce que vous pensez de la collaboration ?". On a fait Ă©tat des problĂšmes, de ce qui n'allait pas, de comment l'amĂ©liorer.

C'est Scrum, de par sa structure, qui m'a amenĂ© Ă  faire la Sprint Retro. Cela permet d'ĂȘtre devant les problĂšmes, au lieu de derriĂšre, voire parfois mĂȘme de les ignorer - c'est lĂ  qu'on vit dangereusement ! Les Ă©lĂ©ments amenĂ©s en rĂ©tro Ă©taient des choses qu'on ne voyait pas. On marchait sur un terrain minĂ©, il a fallu que les membres d'Ă©quipe s'expriment pour faire Ă©merger les points d'amĂ©lioration. Les personnes Ă©taient contentes qu'il y ait une sĂ©ance pour faire cela. Le fait d'annoncer qu'on le ferait rĂ©guliĂšrement a Ă©tĂ© trĂšs bien reçu.

Je n'avais encore jamais vu ce genre d'inspection et d'adaptation dĂ©clenchĂ© par une mĂ©thodologie. Se rĂ©unir parce qu'il y a un problĂšme et en parler, oui, mais le faire proactivement Ă  cadence rĂ©guliĂšre c'est l'apport de Scrum. Cela permet d'ĂȘtre en amont de la vague.

 Quelle Ă©tait la valeur ajoutĂ©e pour toi Ă  ĂȘtre accompagnĂ© par un Scrum Master expĂ©rimentĂ© de chez Liip ?

Cela a été décisif. Entre la formation (par ailleurs excellente et exigeante) et l'environnement réel, il existe un tel "gap" que j'avais besoin de clarifier si j'allais dans le bon sens quand je faisais certains écarts. J'avais aussi besoin de recommandations pour faire mieux, de suggestions face à telle ou telle problématique, et d'outils (tant digitaux que les technologies "sociales" en termes d'animation).

Quand j'ai eu fini ma formation, j'Ă©tais tout seul dans la nature. A ce stade, le fait d'avoir du conseil personnalisĂ© s'est rĂ©vĂ©lĂ© prĂ©cieux. Il ne s'agissait pas juste de me rappeler la thĂ©orie, mais de parler de ce que l'on fait dans la vraie vie, de faire toujours ce lien entre les principes et la maniĂšre de les mettre en Ɠuvre.

Me permettre de faire des ajustements tout en gardant le cap, c'est cela que j'ai trouvé précieux.

Alors, l'Agilité, c'est là pour rester chez Umanize ?

Bien sĂ»r. Avec l’objectif d’intensifier l’utilisation de la mĂ©thode Scrum.


Qu’en penses-tu?