Une façon ludique d’appréhender les mathématiques

  • Pascal Thormeier

Les calculs Ă©conomiques complexes Ă©taient souvent source d’échec pour les Ă©tudiant·e·s en master d’architecture Ă  l’EPFZ. Avec la nouvelle application d’économie immobiliĂšre de l’EPFZ, ces calculs deviennent simples et mĂȘme amusants.

En savoir plus sur le service Mobile de notre agence digitale.

La Chaire d’architecture et de systĂšmes de construction de la section d’architecture de l’EPFZ avait six mois pour trouver un moyen concret d’expliquer aux Ă©tudiant·e·s les mĂ©canismes Ă©conomiques de l’immobilier. La solution : l’appli d’économie immobiliĂšre de l’EPFZ.

Des premiÚres esquisses au résultat final

Par le passĂ©, les Ă©tudiant·e·s en architecture de l’EPFZ calculaient le rendement Ă©conomique d’un bien immobilier en utilisant la « mĂ©thode du sous-bock » . Un procĂ©dĂ© fastidieux qui consiste pour l’essentiel Ă  calculer tout ce qu’il y a autour – du sous-bock – afin d’aboutir Ă  un rĂ©sultat. Inutile de prĂ©ciser que ces calculs Ă©taient laborieux, complexes et chronophages. Il Ă©tait donc grand temps de trouver une solution. Pour mettre en pratique la mĂ©thode initiale, un grand nombre d’étudiant·e·s crĂ©aient manuellement des fichiers Excel : l’enjeu Ă©tait donc de convertir ces modĂšles existants en une solution digitale optimisĂ©e.

Le dĂ©veloppement de l’application a dĂ©butĂ© par un atelier avec toutes les personnes impliquĂ©es dans le projet. Dans le cadre d’une premiĂšre phase, tous les calculs ont Ă©tĂ© visualisĂ©s et un premier plan de projet a Ă©tĂ© Ă©chafaudĂ©. La mise en Ɠuvre des donnĂ©es a suivi assez rapidement et il est vite apparu qu’il fallait clairement identifier chaque Ă©tape de calcul. L’idĂ©e est ainsi nĂ©e de reprĂ©senter ces calculs sous forme d’additions, de soustractions, de multiplications et de divisions Ă©crites. Le framework a permis de mettre Ă  jour partout simultanĂ©ment les donnĂ©es importantes, afin que les utilisateur∙rice·s aient un aperçu concret de ce qui influence quoi.
Le premier prototype contenait dĂ©jĂ  un curseur avec une banque et une tirelire en forme de cochon Ă  ses extrĂ©mitĂ©s : un Ă©lĂ©ment qui a Ă©tĂ© repris dans la version dĂ©finitive. Les proportions de financement Ă©tranger et personnel sĂ©parent le curseur en deux parties. Plus la part de capitaux propres utilisĂ©s augmente, plus la taille du cochon diminue d’un cĂŽtĂ©, tandis que celle de la banque augmente de l’autre. DĂšs le dĂ©part, il avait Ă©tĂ© clairement stipulĂ© que les Ă©tudiant·e·s devraient pouvoir se servir de l’application pendant l’examen. Mission accomplie!

Les essentiels de l’application

La structure des informations a Ă©tĂ© conçue en fonction des besoins des utilisateur∙rice·s et repose en grande partie sur un persona. L’utilisateur∙rice est ainsi guidĂ©âˆ™e Ă  travers l’application et obtient un retour direct, notamment grĂące Ă  des Ă©lĂ©ments de contrĂŽle sensitifs et Ă  une technique exclusive de visualisation. Les affichages dans l’application ont eux aussi Ă©tĂ© spĂ©cialement adaptĂ©s aux Ă©tudiant·e·s et enseignant·e·s de la section d’architecture de l’EPFZ. L’affichage des rĂ©sultats de calculs, par exemple, avait pour prioritĂ© la visibilitĂ© et la clartĂ©. CĂŽtĂ© design, l’application reprend les Ă©lĂ©ments de langage visuel des supports de cours afin de crĂ©er un ensemble cohĂ©rent. Tous les calculs sont animĂ©s et clairement visualisables, permettant ainsi de comprendre les liens avec les diffĂ©rents modules de cours.


Qu’en penses-tu?