Congé paternité: les entreprises s’y mettent

Invité Publié dans le magazine PME Financer des jours d’absence pour les pères à la naissance de leur enfant? L’idée avance dans l’arène législative. Certaines sociétés ont déjà franchi le pas.

Invité Publié dans le magazine PME

Financer des jours d'absence pour les pères à la naissance de leur enfant? L'idée avance dans l'arène législative. Certaines sociétés ont déjà franchi le pas.

Deux semaines de cong√© pay√© pour les jeunes p√®res, contre un jour √† l'heure actuelle. Au mois d'avril, une commission du Conseil national a donn√© suite √† cette proposition du PDC grison Martin Candinas. Ce vote positif redonne de l'espoir aux partisans du cong√© paternit√© ou parental: entre 1998 et 2014, le sujet a fait l'objet de 33 interventions qui n'ont pas abouti. ¬ęL'initiative, qui pr√©voit un cong√© de courte dur√©e pour un co√Ľt estim√© √† 200 millions par an, pourrait obtenir une majorit√© devant les Chambres f√©d√©rales¬Ľ, analyse Isabel Valarino, sociologue √† l'Universit√© de Lausanne.

Certains employeurs n'ont pas attendu l'√©volution politique du dossier pour mettre en place un cong√© paternit√© de leur propre initiative. La tendance concerne surtout les administrations publiques et les grandes entreprises. La Ville de Lausanne, par exemple, offre 20 jours. Chez Migros et Ikea, les employ√©s re√ßoivent 10 jours. Mais il existe aussi des exemples parmi les PME locales. Le Groupe MK, entreprise immobili√®re de 150 employ√©s bas√©e √† Lausanne, donne cinq jours. La direction propose √©galement aux p√®res de r√©duire leur temps de travail √† 80% durant les mois suivant l'arriv√©e de l'enfant, et m√™me √† plus long terme s'ils le souhaitent. ¬ęNous avons mis cela en place il y a cinq ans, indique Anthony Coll√©, le directeur. A l'√©poque, une proposition au niveau politique n'avait pas abouti et nous avons d√©cid√© d'agir de notre propre initiative. Les femmes ont la possibilit√© de rester trois mois aupr√®s de leur b√©b√©, les hommes un seul jour. Ce n'est pas une situation juste.¬Ľ P√®re de trois enfants, Anthony Coll√© se souvient √™tre retourn√© au travail le jour m√™me de la venue au monde de son dernier n√©. ¬ęJ'aurais appr√©ci√© de pouvoir rester avec ma famille.¬Ľ

La soci√©t√© fribourgeoise Ascenseurs Men√©trey, 120 employ√©s dont 92% d'hommes, a instaur√© un cong√© paternit√© (et d'adoption) de 11 jours d√©but 2015. Quant √† l'entreprise de d√©veloppement web Liip, √©galement bas√©e √† Fribourg et dont 70% des employ√©s sont des hommes, elle offre une absence pay√©e √† 100% de 20 jours depuis ses d√©buts en 2007. ¬ęC'est une √©vidence, une d√©marche qui se trouve au cŇďur de nos valeurs, note le cofondateur Gerhard Andrey, lui-m√™me p√®re de deux enfants. La pr√©sence du p√®re durant cette p√©riode est primordiale. Je ne peux simplement pas concevoir un cong√© qui se limite √† un jour.¬Ľ Liip encourage aussi le temps partiel et permet √† ses 110 employ√©s de choisir librement √† quel pourcentage ils souhaitent travailler entre 70% et 100%. Plus de la moiti√© des salari√©s masculins de l'entreprise ont saisi cette opportunit√©. ¬ęOn dit souvent que les hommes ne souhaitent pas prendre cong√© pour s'occuper de leur b√©b√© ou travailler √† temps partiel. Mais nous constatons que les r√©ticences tombent si cette d√©cision ne comporte pas de risque pour leur carri√®re.¬Ľ

Atout de recruitement

L'instauration d'un congé paternité est souvent motivée par les valeurs de l'entreprise. Mais les trois directeurs interrogés constatent aussi des retombées positives pour leur PME, à l'interne comme vis-à-vis de l'extérieur.

¬ęIl ne faut pas voir cela comme une charge mais comme un investissement, estime Anthony Coll√© du Groupe MK. De nombreuses PME redoutent d'alt√©rer leur productivit√©. Mais un employ√© plus heureux de ses conditions de travail, qui dispose d'espace pour recharger ses batteries, est plus motiv√© et plus performant.¬Ľ Le directeur des ressources humaines d'Ascenseurs Men√©trey, Martial Gay, constate qu'un environnement qui permet un meilleur √©quilibre entre vie priv√©e et professionnelle a un effet direct sur l'absent√©isme. ¬ęEn diminuant les accidents et les maladies, nous sortons gagnants.¬Ľ Les trois PME indiquent par ailleurs que le cong√© paternit√© ne repr√©sente pas un d√©fi particulier en mati√®re d'organisation dans la mesure o√Ļ ces absences sont pr√©visibles longtemps √† l'avance.

Le cong√© paternit√© donne une image favorable de l'entreprise et repr√©sente un atout pour le recrutement, surtout si elle est coupl√©e √† d'autres dispositions comme une approche flexible concernant le temps partiel ou des vacances suppl√©mentaires. Avec la multiplication des classements de meilleurs employeurs dans la presse et sur des sites tels que Kununu, ces avantages sont toujours plus visibles. ¬ęUn candidat potentiel ne consid√®re plus uniquement la r√©mun√©ration. Il regarde tous les aspects, et le cong√© paternit√© constitue un volet important de ce que nous pouvons offrir pour attirer un profil int√©ressant, rel√®ve Martial Gay. Cela joue aussi un r√īle pour retenir les employ√©s.¬Ľ Gerhard Andrey, de Liip, confirme que la culture particuli√®re de l'entreprise lui permet d'attirer des talents ¬ęsans forc√©ment proposer les meilleurs salaires¬Ľ du secteur. A noter que le cong√© paternit√© ne s√©duit pas que les hommes: les femmes approuvent √©galement que le r√īle des p√®res soit reconnu.

¬ęPas un luxe¬Ľ

A combien se monte cet investissement? Au Groupe MK, le cong√© paternit√© (une semaine pay√©e √† 100%) concerne en moyenne cinq personnes par ann√©e, ce qui co√Ľte environ 20‚Ä≤000 francs √† l'entreprise, soit 0,1% d'un chiffre d'affaires de plus de 20 millions de francs. ¬ęAu regard des revenus globaux de l'entreprise, c'est tr√®s marginal, commente Anthony Coll√©. Offrir une semaine de vacances suppl√©mentaire serait, par exemple, bien plus on√©reux.¬Ľ Ascenseurs Men√©trey table sur cinq absences (de onze jours, pay√©s √† 100%) par an, ce qui √©quivaut √† un co√Ľt d'environ 40‚Ä≤000 francs.

Quant √† Liip, dont le chiffre d'affaires se monte √† environ 12 millions de francs, elle estime avoir octroy√© une trentaine de cong√©s paternit√© depuis 2007 et indique ne pas faire de calcul. ¬ęLes salaires constituent 80% de nos d√©penses, explique Gerhard Andrey. Il y a d'autres absences comme le service civil, les cours de r√©p√©tition et les formations. Les cong√©s paternit√© ne font pas une grande diff√©rence. M√™me lors d'ann√©es difficiles, nous sommes toujours parvenus √† payer ces quatre semaines. Et il ne s'agit pas d'un luxe sp√©cifique √† notre branche, comme je l'entends souvent. C'est un clich√©. Nous devons aussi nous battre pour chaque franc dans un march√© tr√®s concurrentiel.¬Ľ

Si ces directeurs affichent leur enthousiasme, le cong√© paternit√© continue de susciter la r√©ticence des milieux √©conomiques. L'Union patronale suisse estime que la question ne rel√®ve pas du domaine de l'Etat et qu'il ¬ęappartient aux branches et aux entreprises de prendre ce genre de d√©cision¬Ľ. Les opposants au cong√© paternit√© redoutent aussi son co√Ľt et la capacit√© de l'Etat √† le financer. Plus minoritaire, la d√©fense d'une vision traditionnelle de la famille appara√ģt aussi parmi les arguments. Malgr√© un changement d'attitude au sein de la soci√©t√© et des d√©buts prometteurs, la proposition du conseiller national Martin Candinas a encore du chemin √† parcourir pour convaincre l'ensemble des acteurs concern√©s.

Encadre

La Suisse peu généreuse

Selon le code des obligations, la naissance d'un enfant donne droit √† un ¬ęjour de cong√© usuel¬Ľ, soit un cong√© auquel les employ√©s peuvent avoir recours pour r√©gler des affaires personnelles pendant leur temps de travail. Avec cette position, la Conf√©d√©ration se distingue de ses voisins europ√©ens et de la grande majorit√© des pays d√©velopp√©s. ¬ęAux c√īt√©s des Etats-Unis, de la Turquie et du Mexique, la Suisse fait partie des seuls pays de l'OCDE qui n'offrent ni cong√© paternit√©, ni cong√© parental¬Ľ, remarque Isabel Valarino, sociologue √† l'Universit√© de Lausanne. L'Union europ√©enne a mis place un cong√© parental de quatre mois par parent, sans compensation financi√®re mais qui garantit √† l'employ√© de retrouver son poste √† son retour. A l'int√©rieur de l'UE, les pays ont adopt√© des dispositions sp√©cifiques. Les p√®res b√©n√©ficient, par exemple, de trois semaines de cong√© pay√© en Espagne et de deux semaines en France et en Grande-Bretagne. La Su√®de, la Norv√®ge et le Danemark offrent, quant √† eux, entre 59 et 68 semaines de cong√© pay√© √† partager entre le p√®re et la m√®re.


Qu’en pensez-vous?